RENCONTRONS-NOUS ! 06 23 07 24 79

Category: A MEDITER

PRISE DE DÉCISION : AUSSI UNE HISTOIRE DE COEUR

Une des facettes du coaching professionnel de TENZING est d’accompagner ses clients (dirigeants et managers, mais aussi les équipes) dans leur capacité de prise de décision. Le dirigeant ou le cadre doivent, sans discontinuer, avancer avec un flux constant d’informations venant tantôt de l’interne (salariés, syndicats, projets, etc.), tantôt de l’externe (banques, institutions, assurances, préfecture, ville, concurrent, clients, fournisseurs, etc.). Des informations qui, lorsqu’elles s’entre-mêlent, s’entre-choquent pourrions-nous dire, apparaissent paradoxales, ambigües ou ambivalentes. Et constamment, c’est cette complexité qui vient frapper au coin du mental du dirigeant ou du manager. Cette complexité-même, s’imbriquant avec les flux des émotions et du stress, qui vient frapper au coin du mental du dirigeant, freinant sa capacité de prise de décision.

La prise de décision, un enjeu de travail avec un coach professionnel.

prise de decisionAfin de se reconnecter à sa capacité de prise de décision, plusieurs techniques s’offrent au coach et à son champion lors des séances de travail. Par exemple, faire parler les états du moi du dirigeant. Basé sur l’Analyse Transactionnelle, cet exercice consiste à faire parler son enfant, son adulte et son parent sur un enjeu très concret et des les amener tous droits à s’ouvrir entre eux et à décider collectivement. C’est un très bel exercice d’unification, là où un frein majeur à la prise de décision est cette croyance de sentir divisé (cet article sur le blog de TENZING traite de sujet d’unification, mais j’y reviendrai certainement dans une autre article).

Une autre orientation est de sortir très vite des arcanes du mental. En effet celui-ci est très fort, d’aucuns l’auront déjà remarqué, pour surajouter du compliqué sur ce qui est déjà complexe. Souvent d’ailleurs, le mental nous conduit mécaniquement à refuser ce qui est. En fait, plutôt que de se concentrer sur notre prise de décision en analysant la réalité, celui-ci nous fait crier « non, ça ne devrait pas être ainsi », « non, ça devrait être autrement » ou encore « non, ça n’aurait pas du se passe comme ça ». Et pendant ce temps, la prise de décision ne se fait pas…

Alors, oui, sortir très vite des arcanes du mental ! Et sur le champs, car la décision n’attend pas ! Pour cela, une question à se poser, une seule ! « Qu’est-ce qui m’est demandé ? » Et là, il s’agit de prendre la première réponse qui vient, bien sûr ensuite la regarder, l’examiner avec son esprit critique. Mais d’abord, accueillir cette première réponse, avec bienveillance. Il s’agira aussi d’entendre son mental qui s’époumonera à juger cet technique (bien oui, le mental déteste qu’on sorte de ses arcanes) : « Mais ce n’est pas comme ça qu’on t’a appris à prendre une décision », « tu dérailles complètement bonhomme », « Et puis d’abord cette question… qui te demanderait quoi ? »

Justement, cette question-activante « Qu’est-ce qui m’est demandé ? » ne dit pas qui ou quoi me demande quelque chose. Cette question court-circuite totalement cette quantité complexes d’informations et d’émotions paradoxales, ambigües et ambivalentes. En fait, cette question nous connecte à un autre octave de réflexion, un autre niveau, une autre source, une autre sensibilité… Cette question nous amène à la prise de décision avec notre intelligence du coeur. Cette question nous incite à sonder cet espace de vérité et de puissance.

Pour conclure, c’est là aussi l’intérêt de recourir aux services d’un coach professionnel pour améliorer son abilité dans la prise de décision : s’ouvrir à cette forme puissante d’émergence venant de notre propre coeur.

 

CONTACTEZ TENZING
Coach professionnel Nantes

S’OUVRIR À L’HUMILITÉ AVEC UN COACH PROFESSIONNEL

Beaucoup a déjà été écrit au sujet de l’humilité. Cette phrase de Daniel Morin a toutefois le mérite de nous faire toucher su doigt l’utilité de pratiquer l’humilité. Et même de nous y mettre pour de bon.

Mettre quelqu’un à genoux, c’est l’humiliation. Se mettre à genoux, c’est l’humilité.

Cette phrase peut nous interpeller depuis plusieurs points de vue.

Il y a d’abord la notion du « pouvoir ». Nous avons tous un pouvoir, un pouvoir d’action. La question : comment l’exercer ? Deux voies s’offre à nous : « le pouvoir sur » ou « le pouvoir pour ».

Voyez la différence !

Je mets quelqu’un à genoux : j’exerce mon pouvoir sur lui. J’agis sur lui, en me mettant au-dessus de lui, pour le faire rentrer dans ma conception du monde, pour qu’il réponde à mon attente. L’autre devient l’objet de ma volonté.

Je me mets à genoux : j’exerce mon pouvoir pour… pour un objectif par exemple, pour un enjeu, pour une cause, etc. Je suis conscient de la réalité : de moi, de l’autre et de l’environnement. Je mets en parité avec l’autre. L’autre est, comme moi, le co-créateur de nouvelles solutions.

Un coach professionnel pour s’ouvrir à l’humilité.

Ensuite, ou plutôt en même temps, il y a la notion de l’acceptation ou du refus. Un tel ne m’a pas remis le dossier à temps. Quelle posture puis-je adopter ? Je refuse ? « Non, il aurait du me remettre ce dossier à temps. C’est un(e) incapable. » Ce refus coupe la relation et crée chez moi une émotion négative. Toute émotion nait d’un refus. En fait, ce refus est une tentative [vaine] de recréer la réalité : « non, il(elle) aurait du me remettre ce dossier à l’heure. »

L’autre posture. J’accepte, je m’incline et accueille la réalité telle qu’elle est : ma réalité intérieure comme celle de mon environnement, c’est à dire mes émotions comme l’oubli du dossier de mon(ma) collègue et ses conséquences.

Je me mets à genoux : je m’ouvre à cet espace indicible, j’accueille mes ressentis avec bienveillance et sans jugement. J’accueille l’autre, ses ressentis, sa différence. Je dis « oui » à ce qui est.

Dire oui pour agir.

Quel paradoxe ! D’aucuns ont l’impression que mettre l’autre à genoux est actif et que se mettre à genoux est passif. En somme, « humilier = actif » et « humilité = passif ». Ce paradoxe est une ornière qu’il est urgent d’éviter. En fait, lorsque je mets l’autre à genoux, il faut bien avoir conscience que je fige la situation (pour qu’elle soit conforme à mon désir), la rendant quasiment « inactivable » ou « non-réactivable » ou « non-active ». A contrario, lorsque je pratique l’humilité, j’adopte une posture concentrée, décontractée et bienveillante suscitant quasiment d’elle-même l’émergence de solutions collectives.

Bref. Je pratique l’humilité. Je me mets à genoux. Je dis oui. Et j’agis. Avec l’autre. Vers l’objectif. Pour la performance.

Avec cette phrase, Daniel Morin invite son lecteur à changer de paradigme, à changer ses croyances, sa posture, tant la voie de l’humilité a le potentiel de nous ouvrir de nouveaux chemins vers la performance !

BONNE ANNÉE 2015 !

Que 2015 vous soit souriante !

Et s’il fallait sourire à l’année 2015 pour qu’elle nous sourie en retour.

 

Car au final, c’est bien de s’épanouir dont il s’agit : grandir, se transformer, s’étirer de tout son être pour incarner ce que l’on désire recevoir.

 

2015, chez TENZING, c’est un nouveau site web : tenzing.fr, c’est toujours le coaching individuel et l’accompagnement d’équipes en entreprises, et ce sont 2 nouvelles offres, Summer Coaching et Le Bivouac, dont je parlerai prochainement.

 

Belle année 2015, pour vous et vos proches !

TRÈS BEL AUTOMNE À TOUS

« En automne, je récoltai toutes mes peines et les enterrai dans mon jardin. Lorsqu’avril refleurit et que la terre et le printemps célébrèrent leurs noces, mon jardin fut jonché de fleurs splendides et exceptionnelles. »

Khalil Gibran
Extrait de Le Sable et l’écume

LAISSER NOTRE LUMIÈRE BRILLER

Nous sommes nés pour rendre manifeste la gloire de Dieu qui est au-dedans de nous. Elle est en chacun.

Notre peur la plus profonde n’est pas d’être incapable.
Notre peur la plus profonde est d’être puissant au-delà de toute mesure.
C’est notre lumière, pas notre ombre, qui nous effraie le plus.

Read More

CE N’EST PAS COMPLIQUÉ

Alexandre Jollien n’a pas son pareil pour nous faire découvrir ces petites phrases qui, utilisées au quotidien, ont la force de nous aider à vivre avec chaque situation.
Dans son ouvrage « Petit Traité de l’Abandon« , une d’entre elles m’a particulièrement marquée. Il m’arrive fréquemment de m’en servir lors de séances de coaching.

CE N’EST PAS COMPLIQUÉ

Cette phrase, dite avec tout son cœur, à la force de nous ouvrir les perspectives lors d’une situation difficile. Et les situations difficiles, nous en avons tous les jours… que ce soit la boulangerie qui n’a plus de pain alors que nous recevons des invités dans 15 minutes ou que ce soit notre comptable qui nous annonce que les paies ne pourront pas se faire ce mois-ci.

Read More